Dollar au plus bas et retour de Janet Yellen ?

30/11/2020

Dollar au plus bas et retour de Janet Yellen ?

Etats-Unis

Politique : Donald Trump a finalement accepté de lancer le processus de transition avec la future administration Biden. Et bien que le Président sortant maintienne ses accusations de fraude visant à jeter le doute sur la victoire du démocrate, il a déclaré pour la première fois qu’il quitterait le bureau ovale si le collège électoral votait pour Joe Biden (le vote du collège électoral est prévu le 14 décembre).

Le Président-élu a par ailleurs annoncé les premiers noms de l’équipe qui l’entourera à la Maison Blanche. Un poste en particulier pourrait focaliser l’attention des marchés : celui du futur Secrétaire au Trésor. Et il se murmure que Janet Yellen, ancienne Présidente « colombe » (partisane d’une politique monétaire accommodante) de la Fed pourrait être l’heureuse élue. Si cette nomination se concrétisait, on peut imaginer J. Powell, à la Fed, et J. Yellen, au Trésor, se coordonner pour relancer l’économie. Les marchés anticipent en effet de nouvelles mesures monétaires en décembre (on surveillera à ce titre l’audition de J. Powell au congrès cette semaine) pour soutenir la reprise, en attendant un potentiel second plan de relance budgétaire concocté par Biden (et peut-être J. Yellen, donc). Des politiques monétaire et fiscale durablement accommodantes pourraient affaiblir le dollar. En début de séance ce lundi, le biller vert est d’ailleurs au plus bas depuis deux ans face à un panier de devises de référence, alors que les indices actions américains ont battu des records vendredi. Le retour de l’appétit pour le risque continue de peser sur le dollar.

Activité : Plusieurs indicateurs d’activité parus la semaine dernière soulignent la bonne tenue de l’économie américaine malgré des nouvelles contaminations au Covid19 qui ne fléchissent pas (162 000 nouveaux car par jour en moyenne la semaine dernière). D’une part, les commandes de biens durables du mois d’octobre ont battu les attentes (+1.3% vs consensus à +0.9%, après +2.1% en septembre) et, d’autre part, le PMI flash du mois de novembre indique une accélération de l’activité jamais vue depuis 5 ans (tant pour l’activité manufacturière que dans les services). Du côté des consommateurs, les deux indices publiés par le Conference Board et l’université du Michigan pointent un recul de la confiance au mois de novembre.

Les chiffres de la semaine : ISM manufacturier du mois de novembre (01/12), NFPs (Non-Farm Payrolls) pour les créations d’emploi et le taux de chômage du mois de novembre (04/12) .

A l’ouverture de la séance asiatique, la paire EURUSD s’échange ce lundi matin autour des 1.1970, et les plus hauts atteints en septembre.

 

Europe

Politique : On croit radoter concernant les deux sujets politiques majeurs qui occupent l’Union Européenne, à savoir que le plan de relance est bloqué par la Hongrie et la Pologne (financements contre respect de l’Etat de droit) et que les négociations UE / Royaume-Uni pour trouver un accord commercial patinent alors que la période de transition expirera le 31 décembre (trois points d’achoppement : la pêche, les règles de concurrence et la gouvernance pour régler les différends).

Activité : L’indice IFO du climat des affaires en Allemagne pour novembre est ressorti en repli (90.7) mais a battu les attentes (90.1) et, dans le même temps le PMI manufacturier allemand a certes ralenti (57.9 après 58.2 en octobre.) mais moins que prévu (56.5), confirmant la résilience de la première économie européenne malgré la crise.

Les chiffres de la semaine : Taux de chômage en Allemagne pour novembre (01/12), Inflation en zone euro pour novembre (01/12)