Flash : BCE et plan de sauvetage de l’UE font repasser l’EURUSD au-dessus des 1.21

10/12/2020

Flash : BCE et plan de sauvetage de l’UE font repasser l’EURUSD au-dessus des 1.21

 

BCE

La BCE tenait sa réunion de politique monétaire ce jeudi et a confirmé les attentes du marché en prolongeant la durée son programme de rachats d’actifs (le Pandemic Emergency Purchase Programme-PEPP) de juin 2021 à mars 2022, dont le montant est revu à la hausse à EUR 1 850 Mrds, soit une rallonge de EUR 500 Mrds. La banque centrale continuera également de fournir des liquidités à taux réduits aux banques au-delà de la période initialement prévue.

La BCE confirme par ailleurs ses craintes d’une récession au Q4 2020, et anticipe désormais une croissance de seulement 3.9% en zone euro en 2021 (contre 5.5% auparavant) mais prédit une reprise plus forte en 2022, avec une croissance anticipée à 4.2% (contre 3.2% auparavant).

L’EURUSD traite autour des 1.2120 en fin de séance, au plus haut depuis avril 2018. Le prochain objectif se situe dans la zone des 1.2175/1.2200 et l’on pourrait rapidement tester ces niveaux si le congrès US passait une nouvelle séries de mesures de relance qui donneraient de l’air à l’économie américaine (chômeurs et PME notamment).

 

Plan de sauvetage de l’UE

Sur le front politique, les dirigeants européens réunis en sommet à Bruxelles sont parvenus à un accord avec la Hongrie et la Pologne, dégageant la voie au plan de sauvetage bouclé cet été (EUR 750 Mrds) et au budget pluriannuel couvrant la période 2021-2027 (EUR 1 100 Mrds).

Seule ombre au tableau pour la monnaie unique, le dîner de mercredi soir entre Boris Johnson et Ursula von der Leyen n’a pas permis de réchauffer les négociations du Brexit portant sur les futures relations entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne. Les deux responsables se sont donnés jusqu’à dimanche pour parvenir à un accord.

L’EURGBP s’échange autour des 0.9130, au plus haut depuis plus de deux mois, alors que les deux parties s’accordent sur des divergences sérieuses et confirment la possibilité d’un no deal. La fin de semaine s’annonce agitée pour la livre.