Le dollar US poursuit son retour en force, porté par l’emploi et la remontée des taux aux Etats-Unis : la paire EURUSD chute sous les 1.19

08/03/2021

Porté par la remontée des taux, les bons chiffres de l’emploi et le plan de relance voté au Sénat américain, le billet vert poursuit sa remontada et fait chuter l’EURUSD sous les 1.19

Le dollar US bénéficie globalement de trois éléments qui le soutiennent : le redémarrage de l’économie aux Etats-Unis est plus rapide qu’en Europe, grâce notamment à une campagne de vaccination plus réussie ; le retour de l’inflation, lié au premier point, et la remontée des taux d’intérêt qui en résulte (taux d’emprunt d’Etat à 10 ans au plus haut depuis un an, à 1.55%) ; la tonalité accommodante de la Fed, qui ne s’inquiète pas du retour de l’inflation (reflation), vu comme un mécanisme logique de rattrapage temporaire, le temps de retrouver les niveaux d’avant crise, plutôt que comme un signe de surchauffe à venir. De plus, le président de la Fed a répété qu’il maintiendra les taux directeurs au plus bas tant que les Etats-Unis n’auront pas retrouvé le plein emploi et que l’inflation ne sera pas installée durablement au-dessus des 2%.

Ces trois points expliquent en partie le rebond du billet vert au cours des derniers jours, notamment face à l’euro. La paire EURUSD s’échange au plus bas depuis 3 mois, autour des 1.1880 ce lundi matin. Si la baisse se poursuit, le prochain support se situe autour des 1.1780.

Un quatrième élément, dont l’impact est plus incertain, devrait également animer les prochains jours sur le marché des devises : le plan de soutien de US 1.900 milliards a été validé au Sénat ce weekend, et pourrait être adopté définitivement par la Chambre des Représentants cette semaine. Pour rappel, ce plan de relance géant prévoit notamment de soutenir le pouvoir d’achat des ménages à hauteur de USD 400 milliards (les fameux chèques de USD 1 400) et l’extension des allocations chômage alors que près de 10 millions d’américains ont perdu leur emploi à cause de la crise du Covid19.

 

Etats-Unis

Politique : Le plan Biden de USD 1.900 Mrds a donc été voté d’une courte majorité (50-49) au Sénat et pourrait être définitivement entériné à la Chambre des Représentants cette semaine. L’impact de ce plan est ambivalent : ces dépenses budgétaires géantes pourraient d’une part favoriser les actifs risqués et détourner les investisseurs du dollar US mais elles pourraient aussi, d’autre part, accentuer les pressions inflationnistes et forcer la Fed à remonter ses taux directeurs plus tôt que prévu et enclencher un mouvement de capitaux vers le billet vert.

Activité : Signe du dynamisme de la reprise outre-Atlantique, l’activité manufacturière mesurée par l’indice ISM est en hausse (à 60.8 après 58.7 en janvier) et au plus haut depuis le début de la crise du Covid19. Cette vigueur de l’économie se traduit dans les chiffres de l’emplois : 166 000 créations de postes en janvier et 379 000 en février (après -306 000 en décembre).

Chiffres de la semaine : Inflation du mois de février (10/03), Indice de confiance des consommateurs de l’université du Michigan (12/03)

 

Europe

Politique monétaire : Si la remontée des taux ne se fait pas autant sentir qu’aux Etats-Unis, les taux de rendement sur les dettes souveraines de la zone euro ont néanmoins augmenté ces dernières semaines. Et les pressions à la hausse sur l’inflation pourrait bien occuper les prochaines discussions des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne, qui se réunissent cette semaine. Ainsi, Christine Lagarde, Présidente de la BCE, sera probablement interrogée pendant sa conférence de presse de jeudi sur ses prévisions d’inflation et sur les mesures qu’elle pourrait prendre en cas de hausse trop forte des taux d’intérêt, une situation qui risquerait de menacer la reprise encore fragile.

Activité : En Allemagne, le taux d’inflation (préliminaire) de février remonte à 1.3% (glissement annuel), après 1.0% en janvier.

Chiffres de la semaine : Réunion de politique monétaire de la BCE (11/03)