La divergence US-UE se confirme, l’EURUSD chute sous les 1.18, au plus bas depuis 4 mois et demi

29/03/2021

La divergence Etats-Unis – Union européenne se confirme, l’EURUSD chute sous les 1.18, au plus bas depuis 4 mois et demi.

Le thème de la divergence économique entre les Etats-Unis et l’Union Européenne continue de façonner la trajectoire de la paire EURUSD. La première puissance mondiale appuie son redémarrage sur un rythme effréné de vaccination et un soutien fiscal massif du gouvernement, y compris via la perspective d’un plan de dépenses d’infrastructures qui pourrait atteindre USD 3.000 milliards, et venir s’ajouter au stimulus fiscal de USD 1.900 milliards voté ces dernières semaines.

Dans le même temps, l’Union Européenne affronte la troisième vague de la pandémie de Covid19, qui touche l’Allemagne, la France ou encore la Pologne. Associée aux difficultés d’approvisionnement en vaccins, et notamment au différend qui oppose les instances européennes au laboratoire AstraZeneca, la situation sanitaire pèse sur la reprise économique et pénalise l’euro, qui chute à un plus bas de 4 mois et demi face au billet vert et s’échange ce lundi autour des 1.1780.

Techniquement, la paire EURUSD a touché le niveau des 1.1762 en fin de semaine dernière et pourrait viser la zone des 1.1630 si la baisse se poursuit, soit les plus bas vus au moment de la Présidentielle américaine en novembre dernier. A la hausse, l’objectif se situe autour des 1.1850.

 

Etats-Unis

Politique : Après le plan de relance de USD 1.900 milliards, la Maison Blanche prépare un programme de dépenses d’infrastructures de grande ampleur (les médias américains évoquent un montant allant jusqu’à USD 3.000 milliards), dont une partie viserait notamment à répondre aux enjeux du changement climatique en facilitant la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Compte tenu des énormes sommes déjà engagées par l’administration Biden depuis son arrivée, les Républicains ont d’ores et déjà fait part de leur réticence quant à ce nouveau projet de dépenses gouvernementales.

Activité : Les commandes de biens durables ont reculé en février de 1.1% (glissement mensuel), après 9 mois consécutifs de hausse. Ce coup de moins bien pourrait s’expliquer par les conditions météorologiques difficiles du mois dernier, qui avaient également pesé sur les ventes au détail. Ces indicateurs devraient se reprendre dès le mois de mars, dopés notamment par les mesures de soutien à la consommation et à l’investissement contenues dans le plan de relance voté par les Démocrates.

Chiffres de la semaine : Chiffres définitifs du PMI manufacturier Markit et de l’ISM manufacturier, attendus en hausse (01/04) ; Chiffres de l’emploi du mois de mars – Non-Farm Payrolls, avec 655 000 créations d’emplois attendues (02/04).

 

Europe

Politique : L’Union Européenne est mise sous pression en raison du retard du déploiement de la vaccination (10% de la population a reçu au moins une dose), notamment en comparaison du nombre d’injections réalisées aux Etats-Unis (28%) et au Royaume-Uni (45%), d’après les chiffres de Bloomberg. En réponse à ces difficultés, l’UE a décidé d’interdire les exportations de vaccins AstraZeneca tant que le laboratoire anglo-suédois n’aura pas honorer les commandes passées par les européens. Par ailleurs, le bloc développe ses capacités de production et vise une montée en charge d’ici l’été, avec pour objectif d’atteindre l’immunité collective au mois de juillet, d’après Thierry Breton, le commissaire européen en charge de la politique industrielle et qui gère la question des vaccins.

Sanitaire : En Allemagne, après avoir renoncé à des mesures restrictives renforcées pour la période de Pâques, excuses officielles en prime, Angela Merkel a menacé les lander de reprendre la main au niveau fédéral. La chancelière reproche aux régions de ne pas prendre les mesures nécessaires alors que les nouvelles contaminations sont remontées au plus haut depuis le mois de janvier. La France se retrouve de son côté dans une situation proche du pic épidémique de l’automne, avec des services de réanimation sous haute tension. Ce weekend, plusieurs collectifs et syndicats de médecins ont appelé le gouvernement à accentuer les restrictions, voire à fermer les écoles, sous peine de voir les hôpitaux submergés et contraints de trier les patients.

Activité : L’indice IFO du climat des affaires en Allemagne a bondi à 96.6 au mois de mars (après 92.7 en février), au plus haut depuis juin 2019. Cet indicateur souligne notamment la confiance du secteur industriel allemand, dont l’optimisme est au plus haut depuis 2010.

Chiffres de la semaine : Inflation en zone euro pour le mois de mars (31/03).