Chiffres de l’emploi solides et projets d’infrastructures aux Etats-Unis ravivent l’appétit au risque, la paire EURUSD reprend son souffle au-dessus des 1.18

06/04/2021

Les semaines passent et confirment le fort rebond de l’économie américaine – qui a créé plus de 900 000 emplois en mars, un rebond qui devrait se poursuivre compte tenu du soutien budgétaire massif fourni par l’état fédéral. Le Président Biden a en effet dévoilé mercredi 31 mars un nouveau plan de dépenses, cette fois-ci axé sur les infrastructures, qui se chiffre à USD 2.000 milliards et pourrait s’étaler sur une période de 8 ans, et booster la croissance américaine dans les années à venir.

Ces éléments confortent la thématique de la divergence entre des Etats-Unis « pied au plancher » et une Union européenne embourbée dans la pandémie et qui peine à accélérer sa campagne de vaccination. Le dynamisme américain rassure les marchés sur les perspectives de croissance (les actions ont atteint des sommets historiques) et favorise les actifs risqués, mettant par ailleurs en pause le rebond du billet vert enclenché en début d’année (le dollar US a gagné près de 5% face à l’euro depuis janvier).

Techniquement, la paire EURUSD reprend son souffle au-dessus des 1.18 en ce mardi matin, après avoir flirté avec les 1.17 mercredi dernier (1.1703 au plus bas). Le potentiel de rebond semble néanmoins limité et les objectifs à la baisse sont toujours autour des 1.16 (1.1603 touché le 04 novembre, quand les résultats de l’élection présidentielle américaine étaient encore incertains).

 

Etats-Unis

Politique : Après le plan de relance de USD 1.900 milliards, le Président Biden a donc annoncé son intention de faire voter un programme de USD 2.000 milliards pour muscler et réhabiliter les infrastructures américaines, couvrant par exemples les transports (USD 600 milliards), l’eau potable (USD 300 milliards) ou encore la réhabilitation des bâtiments (USD 300 milliards). Et le Démocrate ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin, puisqu’il a d’ores et déjà affirmé que la seconde partie de ce programme, qui devrait se concentrer sur l’éducation et le système de santé, pourrait être présentée dans les prochaines semaines. La question du financement de ces mesures fait débat, notamment du côté des Républicains, alors que Joe Biden a confirmé vouloir remonter le taux d’imposition des entreprises à 28% (Donald Trump l’avait abaissé de 35% à 21% en 2017).

Activité : La confiance des consommateurs souligne également le rétablissement de l’économie américaine, avec l’indice du Conference Board au plus haut depuis un an à 109.7 (après 90.4 en février). S’agissant de l’activité manufacturière, les indices sont également orientés à la hausse en mars, que ce soit du côté du PMI de Markit (59.1 après 58.6) ou de l’ISM (64.7 après 60.8). Enfin, comme évoqué plus haut, les chiffres de l’emploi confirment la réouverture progressive de l’économie américaine en mars, avec 916 000 créations de postes et un taux de chômage qui recule de 6.2% à 6.0%.

Chiffres de la semaine : Minutes de la dernière réunion de la Fed (07/04) ; Indice des prix à la production (09/04)

 

Europe

Politique : Sur le front politique, l’Union Européenne bataille au moins sur deux sujets majeurs : la campagne de vaccination et la montée en régime de son approvisionnement, d’une part, et la validation du plan de soutien budgétaire Recovery (EUR 750 milliards) et son déploiement pour soutenir la reprise au sein du bloc, d’autre part.

Sur le premier point, le commissaire européen en charge des vaccins, Thierry Breton, maintient son objectif d’immunité collective au 14 juillet, tout en assurant que la production de vaccins sur le sol européen devrait significativement augmenter dans les semaines et mois à venir.

S’agissant du projet d’endettement européen – la Commission Européenne emprunterait directement sur les marchés, tous les regards sont actuellement tournés vers l’Allemagne. La cour constitutionnelle de Karlsruhe a interrompu le processus de ratification outre-Rhin le temps de se prononcer sur la nécessité d’un examen approfondi de cette question, qui pourrait retarder considérablement la mise en oeuvre du plan de relance européen.

Sanitaire : Le nouveau confinement est entré en vigueur ce weekend en France et devrait peser sur la croissance, le gouvernement ayant déjà revu à la baisse sa prévision de 6% à 5%, pour tenir compte des 4 semaines de quasi-fermeture du pays. Ailleurs en Europe, les mesures de restrictions sont toujours en vigueur, dans l’attente de l’accélération de la campagne de vaccination.

Activité : L’inflation en zone euro ressort à 0.9% en mars (glissement annuel), après 1.1% en février, et illustre également le retard du redémarrage de la zone euro par rapport aux Etats-Unis (où l’indicateur favori de la Fed pour mesurer l’inflation atteint 1.6% en février).

Chiffres de la semaine : Pas de données significatives cette semaine.