Biden prêtera serment mercredi, le Covid19 et le risque politique menacent la reprise en Europe

18/01/2021

Biden prêtera serment mercredi, le Covid19 et le risque politique menacent la reprise en Europe et pèsent sur l’euro

Etats-Unis

Politique :  Malgré la résistance de Donald Trump et ses tentatives pour contester sa défaite électorale, Joe Biden prêtre serment ce mercredi 20 janvier et sera intronisé 46ème président des Etats-Unis à Washington D.C. La capitale fédérale s’est transformée ces derniers jours en une forteresse imprenable, quadrillée par plusieurs milliers de membres de la garde nationale. Les forces de l’ordre ont été déployées pour protéger la cérémonie d’investiture de Biden, sur laquelle plane la menace d’actes violents de militants extrémistes, qui compteraient s’inspirer des événements du 06 janvier (invasion du capitole).

Autre signe du haut niveau de tension politique outre-Atlantique, la Chambre des représentants, à majorité démocrate, a voté mercredi 13 janvier l’acte d’accusation de Donald Trump pour « incitation à l’insurrection ». Cette nouvelle procédure de destitution enclenchée contre Trump, et qui reposera désormais entre les mains du Sénat, fait de lui le premier Président américain de l’histoire à être confronté à deux tentatives de destitution.

Malgré le choc toujours palpable de cet épisode, le Président-élu a poursuivi la formation de son nouveau cabinet et détaillé son projet de plan de relance de USD 1.900 milliards, après les USD 900 milliards votés fin décembre et les USD 2.200 du CARE Act approuvés au printemps. Cette troisième bouée de sauvetage lancée à l’économie américaine visera notamment à muscler la lutte contre le Covid19 (vaccination, tests, réouverture des écoles) et à soutenir les familles (chèque de USD 1.400, allocations chômage), les petites entreprises et les collectivités locales (équipements, personnels).

Activité : les ventes au détail ont reculé en décembre (-1.7% par rapport à novembre), confirmant le ralentissement anticipé au quatrième trimestre, alors que l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan est en léger repli (à 79.2 après 80.7).

Chiffres de la semaine : PMI Manufacturier de janvier (22/01)

En ce début de semaine, la paire EURUSD s’échange autour des 1.2080, un support sur lequel la paire s’est déjà appuyée début décembre. Une cassure de ce support ouvrirait la voie à un retour sous les 1.20.

Europe

Sanitaire : la situation est toujours difficile en Europe, où de (tristes) records de décès quotidiens ont été atteints la semaine dernière, notamment au Royaume-Uni (1.564) et en Allemagne (1.244). Très inquiète, la chancelière allemande A. Merkel a évoqué une possible extension du confinement en vigueur pour 10 semaines supplémentaires. Par ailleurs, le laboratoire Pfizer a annoncé de possibles retards dans ses livraisons de vaccins à l’UE dans les prochaines semaines, agitant le spectre d’une pénurie de nouvelles doses à court terme.

Malgré ce contretemps, les campagnes de vaccination continue de se déployer à travers l’Europe alors que l’agence européenne du médicament a été sollicitée par AstraZeneca, le laboratoire anglo-suédois, pour une demande de commercialisation de son vaccin, plus facile à stocker et donc à distribuer que les solutions de Pfizer-BioNTech et Moderna.

Activité : alors que peu de données macro-économiques ont été publiées la semaine dernière, les minutes de la dernière réunion de la BCE ont en revanche confirmé l’inquiétude des banquiers centraux vis-à-vis de la faiblesse de l’inflation, accentuée par le renforcement de l’euro. L’institution de Francfort tiendra justement sa réunion de politique monétaire et nous n’attendons pas de décision majeure cette fois-ci.

Politique : sur le plan politique, deux gouvernements de la zone euro ont été fragilisés ces derniers jours. Aux Pays-Bas, le Premier Ministre Mark Rutte a présenté la démission de son gouvernement, suite à un scandale où des milliers de familles ont été accusées à tort de fraude aux prestations sociales. Des élections législatives se tiendront en mars ; d’ici là le cabinet sortant expédiera les affaires courantes. En Italie, c’est la démission de ministres proches de l’ancien Premier Ministre Matteo Renzi, qui font vaciller la coalition majoritaire au pouvoir et pourrait faire tomber le gouvernement. Matteo Renzi reproche à Giuseppe Conte, l’actuel PM, sa méthode et le manque d’ambition du plan de relance de EUR 200 Mrds en préparation.

Les perspectives sanitaires très incertaines, qui pourraient provoquer une extension des mesures de restriction et paralyser la reprise tant attendue en 2021, associées au retour du risque politique, notamment dans une Italie très durement touchée par la pandémie, pèsent sur la monnaie unique.

Chiffres de la semaine : Indice ZEW du sentiment économique en Allemagne et zone Euro en janvier (19/01), Réunion de la BCE (21/01).